Depuis Saint Humbert

 

Maroilles viendrait de « maro ialo » qui signifie « grand lieu » ou « grande clairière » puisque à cette époque les lieux de vie sont gagnés sur la forêt. Le nom celte de Maroilles sera ensuite latinisé en « Maricolas » avant de devenir « Marolles » puis Maroilles. Dès l’époque celte, Maroilles est située au carrefour de routes Nord-Sud et Est-Ouest qui se croisent près de Landrecies. 

La ville est sous la domination des Francs dès 430 c’est alors que débute l’ère des mérovingiens puis des Austrasiens, des Neustriens et des Lorrains.

Tout change au VII è siècle avec saint Humbert qui fonde à Maroilles en 652 l'une des plus importantes abbayes du Nord (pillée et détruite à la Révolution,le 29 juillet 1789).

En 843, avec le traité de Verdun, le partage de l'empire carolingien entre les trois petits-fils de Charlemagne octroie à Lothaire Ier, la Francie médiane qui comprend le Hainaut dont fait partie le village. Maroilles est ensuite sous la domination de  Lothaire II (855) puis duSaint-Empire romain germanique en 962.

Dans cette région marginale assez tardivement défrichée (l'essentiel du village était encore noyé dans la forêt de Mormal dans les années 1940, les paysans avaient depuis le Haut Moyen Âge obtenu des chartes leurs conférant certains droits. Ils étaient ainsi exempts de nombreuses servitudes traditionnelles de la féodalité, pouvaient clore leurs terres, pratiquer l'élevage et n'étaient pas soumis à la pratique de l'assolement obligatoire : ainsi s'est constitué le bocage de l'Avesnois, par ailleurs caractérisé par de grandes « Hayes » de protection contre d'éventuelles invasions.

A l'aube de la révolution, la rédaction des cahiers de doléances se passe dans le calme.Cependant, l’autorité archaïque des abbés était devenue insupportable... Le soulèvement du 29 juillet 1789 qui abooutira à l’attaque de l’abbaye par les paysans de Taisnières (avec la complicité tacite des maroillais) fut le résultat d’une misère et d’une rancune: l’abbaye sera mise à sac, les moines et leur abbé, Dom Maur Sénépart, sont mis en fuite pour avoir refuser d’écouter les émeutiers; c'est le vacarme de Maroilles!

On retrouve dans les constructions des habitations de nombreuses pierres du monastère. Le XIX è siècle est l’âge d’or de la commune libre de Maroilles. Après avoir fait siennes les idées révolutionnaires, elle suit le parcours d’un fils de la Révolution, Napoléon Bonaparte et lui dédie même un Arc de Triomphe dès 1807 avec les restes du portique d’entrée de l’abbatiale. Maroilles est un bastion républicain.

Au cours du XIXe siècle, le bourg de Maroilles s’industrialise avec l’apparition de laiteries, de brasseries, de tanneries, de fabriques de chicorée,… Le lait, le beurre et le fromage sont vendus sur les marchés de Maroilles et des environs, jusqu’à atteindre les marchés des régions minières naissantes.

Le 28 octobre 1907 est mise en service la ligne de chemin de fer Avesnes-sur-Helpe - Solesmes via Landrecies (47 km). La ligne comporte une station dans la Commune. Un service régulier des voyageurs est assuré. En août 1914, le trafic voyageur est interrompu. En 1916, pendant l'occupation allemande, les rails sont démontés. La ligne de chemin de fer est dans l'impossibilité de fonctionner.

En Août 1914, les troupes allemandes envahissent le nord de la France. Le 25 août 1914, vers 18h00, le 15e Hussard anglais arrivé dans la localité se fait surprendre par des patrouilles de fantassins allemands sortis de la forêt de Locquignol. Aidés par le 1er Royal Berkshire, les Hussards repoussent l'ennemi vers le pont d'Hachette (Locquignol). Cette première vague d'attaque fait de nombreuses victimes dans le camp anglais. Les combats sur le pont se poursuivent la nuit. La 53e division d'infanterie de réserve du Général Valabrègue et le 18e corps du Général Mas-Latrie viennent aider les "tommies" à décrocher de Maroilles. Une vingtaine d'anglais sont morts cette nuit-là. Un carré dans le cimetière de Maroilles abrite les tombes des soldats du 1er Royal Berkshire, régiment appartenant à la 6e brigade de la 2e division.